La Rencontre

Publié le

Alphonse arrive à Paris. Sur le quai de la gare sa mère l'attend. Il ne l'a jamais vue. Elle s'approche et...lui donne une paire de claques ! Les présentations sont faites.

Mon grand-père n'a jamais voulu parler de cette période de sa vie. C'est ma mère qui l'interrogeait pour essayer d'en savoir plus mais c'était difficile.

Marie Michaud a vite fait de mettre son fils au travail : il est "calicot", c'est-à-dire commis dans le "Sentier", quartier parisien dédié aux marchands textiles en gros.

Sa mère faisant main basse sur son salaire, il quitte rapidement son domicile.

En 1898, il part faire son service militaire, incorporé à Auxonne sous le matricule 614, soldat de 2ème classe au 8ème escadron du train des équipages.

Un de ses camarades de régiment lui signale que, dans son village, un homme qui s'appelle Jard lui ressemble.

Un jour de permission, ils vont à Verdun-sur-le-Doubs et Alphonse rencontre son père pour la première fois.

Ce qui s'est passé alors nul ne le sait mais le père et le fils sont restés en bons termes jusqu'au décès du père.

En 1900, Alphonse passe brigadier et en 1901, Maréchal des Logis. Enfin, dans la réserve de l'armée active en 1902. Le certificat de bonne conduite lui est accordé.

Il s'installe au 15 de la rue Pascal à Paris 5ème puis l'année suivante au 14 de la rue Edouard Jacques dans le 14ème, puis au 16 avenue des Gobelins.

En 1904, au 74 quai de l'Hôtel de Ville puis au 44 quai des Célestins.

Il fait alors la connaissance d'une jeune couturière, Marthe Bogé qui a quitté son village de l'Aisne, Rozoy-sur-Serre pour venir s'installer à Paris avec sa soeur Eugénie.

Marthe et Alphonse se marient le 29 août 1905 et s'installent au 21 rue du Pont Louis-Philippe.

Mais Marthe tombe gravement malade et fait promettre à sa soeur Eugénie de ne pas abandonner son mari si elle venait à mourir.

Marthe meurt le 13 mars 1908.

Fidèle à sa promesse, Eugénie épouse Alphonse le 29 septembre 1908. Ils emménagent au 3 rue du Marché des Blancs Manteaux dans le Marais.

Alphonse est employé de commerce, Eugénie couturière.

La vie aurait pu être si belle.....

Alphonse est mobilisé le 2 août 1914.Je ne connais pas grand chose sur cette période mais lorsque j'étais petite fille ( j'avais 7 ans quand mon grand-père est décédé) il me disait souvent : "Verdun, c'était terrible."

De 1917 à 1919 il fait partie des "Poilus d'Orient" et obtient en 1920 une décoration du Roi Alexandre 1ier de Yougoslavie ainsi que la médaille commémorative d'Orient en 1927.

Ma mère née en 1917.

Une fois Alphonse démobilisé, la famille déménage encore une fois pour le 23 rue Le Regrattier dans l'Ile Saint-Louis. Alphonse travaille au BHV comme chef du rayon bagages.

Ma mère se rappelle d'une dame âgée venue un soir à leur domicile. C'était Marie Michaud qui voulait que son fils la prenne en charge. Il l'a laissée à la porte.

Pendant plus de 20 ans j'ai fait des recherches pour retrouver Marie Michaud et Louis Jard, leur histoire, leurs parcours et je n'étais pas au bout de mes interrogations....

Alphonse et Marthe Bogé

Alphonse et Marthe Bogé

Alphonse et Eugénie Bogé (mes grands-parents)

Alphonse et Eugénie Bogé (mes grands-parents)

La Rencontre

Commenter cet article