les recherches (3ème épisode de l'aventure)

Publié le

Faisons maintenant le point sur les recherches, le but étant de trouver toutes les informations possibles sur Marie Michaud et Louis Claude Jard.

Je dois retrouver leur naissance et leur mariage. Mon grand-père Alphonse étant né à Beaune, je commence par chercher dans l'état-civil de cette commune mais je ne trouve rien.

Mon grand-père disait que sa famille paternelle venait d'Avignon. Il y a là-bas une église Saint-Agricol ce qui expliquerait son deuxième prénom ! Mais l'état civil n'est pas numérisé seulement microfilmé par les Mormons, il faut donc aller sur place.

Nous voici donc partis pour Avignon profitant de vacances de Pâques. Les archives étant conservées au Palais des Papes, nous joignons le plaisir du tourisme à celui de la recherche.

Après avoir remplis les formulaires d'usage pour obtenir une carte de lecteur, nous voici dans la salle de lecture des microfilms. Les registres, trop fragiles, ne peuvent plus être consultés.

Je retrouve facilement la naissance de Louis Claude le 28 août 1850, fils d'Agricol Antoine Jard et de Catherine Rose Moulard mariés en 1846. Leur âge sur l'acte de mariage m'indique leur année de naissance, j'y trouve aussi le nom de leurs parents. Ainsi je remonte de génération en génération : Gaspard Pascal Jard (sur lequel je reviendrai) et Jeanne Louise Cornillia, Claude Jard et Magdeleine Charpoux nés par contre à Bédarrides mais mariés à Avignon.

Les recherches vont donc s'arrêter là puisque seules les archives communales d'Avignon sont microfilmées.

Nous en profitons pour rechercher les décès puis je complète mon tableau par les frères et soeurs. Jard étant un nom très rare dans cette région, tous ceux que je trouve appartiennent à la même famille.

Fait intéressant : ils sont tous ouvriers en soie, sans autre précision. Gaspard sera à la fin de sa vie sacristain des Pénitents Blancs tout comme son beau-frère Cornillia qui porte les charmants prénoms de Esprit Agricol ! Son beau-père Simon Cornillia, fabricant d'étoffes sera aussi concierge de l'église Saint-Didier.

Une petite visite sur les lieux s'impose ainsi que dans les rues St Marc et Piot (adresses que je trouve dans les actes de mariage) mais le centre d'Avignon a été rénové et les maisons de l'époque n'existent plus.

Depuis ces recherches, les Archives Départementales ont numérisé leur état-civil. Certains département ont même ajouté les recensements, le cadastre napoléonien et les registres de conscription.

J'ai pu donc de chez moi explorer les registres de Bédarrides et y trouver la naissance d'Antoine Jard en 1668, rien au-delà.

Le berceau de la famille Moulard se trouve à Eyragues et les branches collatérales me font remonter à Châteaurenard en 1527 avec Antoine de Brémond du Rosset et encore plus haut, Jacques 1ier de Montorcier né vers 1350 et sa charmante épouse Dragonette de la Tour, dame de Furmeyer !!!

Il va sans dire que ce n'est pas moi qui ai fait ces dernières trouvailles (je me cantonne à la branche principale) mais je remercie l'entraide généalogique du site Généanet.

Abandonnant provisoirement les Jard, je retourne vers les Michaud (nom des plus courants en Bourgogne).

A cette époque la Saône et Loire vient juste de mettre ses archives en ligne....

Agricol Antoine Jard 1825/1909

Agricol Antoine Jard 1825/1909

Commenter cet article