Jean-Baptiste Bogé dans l'insurrection de juin 1848 à Paris

Publié le

N'étant pas historienne, je tente seulement d'intégrer la vie de mes ancêtres dans un épisode de l'Histoire. Ce n'est donc qu'un raccourci de cette Histoire que j'évoque ici.

Premier épisode

Le 24 février 1848, Louis-Philippe abdique en faveur de son petit-fils, mais la Chambre des Députés décide de confier le pouvoir à un gouvernement provisoire. Jacques Dupont de l'Eure en est le Président.

La 2ème République est proclamée.

Le Général Eugène Cavaignac devient Président du pouvoir exécutif et Président du Conseil.

Le 26 février est crée la "Commission du Gouvernement pour les Travailleurs". Louis Blanc la préside. Sur son idée, sont alors instaurés, par décret, des Ateliers Nationaux destinés à fournir du travail au nombre croissant de chômeurs.

Le nombre d'ouvriers inscrits passe de 6000 en mars à 117000 en avril. Ils sont employés sur des chantiers de travaux publics ( pavage des rues, terrassement, prolongement des lignes de chemin de fer....), dont le nombre est insuffisant pour la quantité de travailleurs. Ces ateliers coûtent cher : les finances sont déplorables et les banqueroutes sont nombreuses. Ils font peur car les ouvriers s'organisent.

Le 20 juin, l'Assemblée vote alors la fermeture des Ateliers Nationaux. On demande aux plus jeunes de contracter des engagements militaires et à certains, plus âgés, de retourner dans le département qui leur sera signifié pour y faire des travaux de terrassement.

L'agitation s'installe : attroupements, répression violente.

Le 23 juin, vers 9h du matin, un rassemblement d'ouvriers se forme à la Bastille. Il se dirige vers la Porte Saint-Martin et la Porte Saint-Denis.

A 10h, des barricades s'y dressent.

A midi, la garde nationale débouche rue de Cléry et tire.

A 1h de l'après-midi, arrive un bataillon d'infanterie légère bientôt suivi d'un bataillon de la garde mobile.

Les barricades se multiplient, il y en aura 1500 dans l'Est parisien.

L'état de siège est proclamé. L'Assemblée Nationale reçoit la démission collective des membres de la Commission Exécutive et délègue tous les pouvoirs exécutifs au Général Cavaignac.

L'insurrection s'étend sur la rive droite depuis le faubourg Poissonnière jusqu'à la Seine et sur la rive gauche, elle occupe les faubourgs Saint-Marcel, Saint-Victor et Saint-Jacques. Le Général Cavaignac appelle en renfort l'armée, la garde nationale, la garde municipale, la garde mobile, les lanciers et l'artillerie. Plusieurs batteries se déploient dans la capitale. La bataille s'engage.

George Sand déclare en apprenant les horreurs commises par les soldats :

"J'ai honte aujourd'hui d'être française, je ne crois plus aujourd'hui en une République qui commence par tuer ses prolétaires."

Le canon retentit toute la nuit. Blessés et morts sont assez nombreux des deux côtés.

"...d'heure en heure, arrivent sans cesse des régiments de ligne, d'artillerie, de cavalerie, des légions de garde nationale voisins..."

La répression est sanglante.

Le 26, dans l'après-midi, les derniers insurgés se rendent.

Bilan : 3000 à 5000 morts parmi les insurgés, 25000 prisonniers dont 1500 seront fusillés, 11000 emprisonnés ou transportés*.

* le terme "déportation" est réservé aux prisonniers politiques. La "transportation" n'est pas une peine du Code Pénal, c'est le terme réservé aux personnes condamnées aux travaux forcés dans une colonie pénitentiaire. Les Transportés de l'Insurrection de 1848 n'ont pas été jugés. Ils répondent de mesures de sûreté nationale.

à suivre....

Sources :

- Précis historique de l'Insurrection de Paris des 23,24,25 et 26 juin, tiré des relations les plus authentiques. Lyon 1848 . BNF

- Sanglante insurrection des 23,24,25 et 26 juin 1848 ou narration exacte et authentique de tous les évènements qui viennent de s'accomplir pendant ces 4 journées avec le plan d'attaque et de défense des insurgés et le nom des chefs et principaux meneurs. Paris 1848 . BNF

- Journées de l'Insurrection de juin 1848 par un garde national. Paris 1848 . BNF

Commenter cet article

marion 28/07/2015 20:59

ouf tes sources ne sont pas que wikipedia!

danielle malaval 09/06/2014 06:36

Bravo Roselyne !
C'est une lourde tâche que tu entreprends là... mais sans doute un grand plaisir après toutes ces années de recherches et d'enquêtes : on éprouve alors le besoin de partager tout ce travail et de le mettre en forme. L'idée du blog est sympa.
Mais à ce que je lis, les débuts, de ton côté, n'ont pas été si faciles C'est d'autant plus "accrocheur".

Continue... un épisode après l'autre, c'est bien agréable à lire. Et c'est intéressant de voir comment nos histoires familiales nous plongent dans la Grande Histoire bien différemment selon les régions.
Encore bravo.